•  

     

    Un extrait du catalogue des chercheurs. Je ne vous ai pas tout mis (entre autre, je vous ai épargné la section drosophiles et parasites, beurk) mais la catégorie "autres animaux" m'a bien intéressée. Je vais voir si y'a pas moyen de faire passer une bourriche d'huîtres avec le code d'achat "mollusque". A ne pas confondre avec la ligne précédente "batraciens".


    2 commentaires
  • Les budgets de la recherche ne vont pas en s'améliorant surtout ces derniers temps. A tel point que ce midi à la cantine, mes collègues et moi on a commencé à réfléchir à différents moyens pour financer notre nouvelle pompe turbomoléculaire. On a envisagé la vente de gâteaux sur le campus à la récré, la manche dans le métro (en mettant à profit les talents artistiques des membres de l'équipe), l'organisation de soirées dansantes dans notre sous-sol... Et puis soudain, dans mon petit esprit féérique a germé L'Idée: un calendrier de charme, du style de celui du XV de France mais avec pour chaque mois la photo d'un chercheur mâle dénudé à la place de celle d'un rugbyman. Au début, les collègues hommes ont cherché à négocier et ont voulu, sous prétexte de parité, faire participer les chercheuses aussi. Mais je leur ai répondu que, un, nous n'étions pas assez nombreuses (même pas de quoi couvrir un trimestre) et que, deux, il valait mieux cibler un public précis. Une fois les différents mois répartis entre mes collègues et les recommandations données (va falloir bien vous huiler le torse, les gars), s'est posée la question de l'accessoire. Oui, parce que pour le XV de France, c'est un ballon de rugby qui, judicieusement positionné sur chaque photo, permet de cacher l'essentiel de l'anatomie de ces messieurs. Pour notre calendrier, nous avons opté, après concertation, pour le contrôleur de jauge*.

     

    * Pour ceux qui ne savent pas à quoi ça ressemble, vous pouvez regarder par ici.


    votre commentaire
  • 19 décembre 2007, quelque part entre Rio et Paris: la fée atomique revient à tire d'aile vers son labo, la tête pleine de discussions sur les ions moyennement rapides, les yeux pleins d'étoiles d'avoir vu tous ces accélérateurs tandem et autres implanteurs 500keV (et d'avoir trop bu de caipirinha, oui)

    Pendant ce temps, dans un grand bureau froid d'une université parisienne, deux bureaucrates en costume gris se penchent sur un bien mystérieux document...

    8 janvier 2008: la fée découvre sur son bureau un message de mise en garde concernant ses déplacements à l'étranger

    Extraits:

    "Munissez vous uniquement des pièces d'identité et des documents techniques indispensables au déplacement, à l'exclusion de tous autres, tels que carnets d'adresse, notes, clés USB... susceptibles d'être reproduits ou même confisqués"

    Euh, le carnet d'adresse avec le numéro de ma maman et l'adresse de ma meillleure copine c'est pas autorisé?

    "Expédiez si besoin les documents confidentiels par le moyen de la valise diplomatique"

    Oh, yes, trop classe! Je veux ça la prochaine fois!

    "Pendant la mission, ne laissez jamais des documents de travail importants dans des bagages sans surveillance"

    "Gardez avec vous les documents et supports magnétiques ou électroniques sensibles ou conservez-les dans une malette fermée à clef"

    On se croirait de plus en plus dans un film de James Bond, trop cool! Je vais voir si je peux pas pour la prochaine fois faire graver ma thèse sur microfilm que je cacherai dans une branche de lunettes.

    "Ne transportez pas de lettres ou de paquets à titre de "service amical" cela peut motiver une inculpation pour espionnage ou activité subversive."

    Ah, oui, dans le même style, quand je bossais au Japon j'avais du signer un document certifiant que je n'aurai aucune activité pouvant troubler l'ordre du pays. Du coup, quand j'ai incité les étudiants à dire "zut" à Gros Rocher et partir une semaine en vacances l'été, j'ai eu chaud (heureusement, ils ne m'ont pas écoutée)

    "Evitez d'avoir des conversations importantes ou confidentielles dans une chambre d'hôtel ou chez un particulier. Les locaux d'hébergement ne garantissent pas contre les indiscrétions."

    Oh, non, et moi qui ai révélé ma recette de la daube à la niçoise à un collègue brésilien, comme ça, sans prendre de précautions, tout ça parce qu'il avait assez gentil pour m'inviter à manger chez lui.

    "En téléphonant ou en écrivant un message électronique, expreimez-vous en considérant que la transmission a de fortes chances d'être interceptée"

    Alors, là, je suis trop forte à ça: quand j'étais au Brésil, on avait l'impression que j'envoyais que des messages débiles à mes copains et que je postais des trucs idiots sur mon blog mais en fait il s'agit d'un langage codé ultra-sophistiqué, destiné à transmettre des informations secretes sur la formule chimique du string brésilien.

     

     


    4 commentaires
  • Nous avons traversé une période vraiment noire l'année dernière au labo: pendant plusieurs mois, pas moyen de jouer avec des ions, notre accélérateur était en panne. On s'est agité longuement autour, dévissant, nettoyant, vérifiant chaque pièce et remontant le tout avec le plus grand soin, rien n'y faisait. Au plus grave de la crise, alors que tout espoir semblait perdu, j'ai proposé de sacrifier un poulet, de l'égorger encore tout chaud vivant dans notre salle de manip et de répandre son sang sur notre machine.

    Et mes collègues, ces petits joueurs, ont refusé net. Quand je vous dis qu'on me brime dans ce labo.


    votre commentaire
  • Salut à tous!

    Un petit message en direct de Porto Alegre (au sud du Brésil, tout en bas sur la carte près de l´Uruguay). Ici tout va bien, il fait beau et chaud, j´ai vu des ions moyennement lents et même que dans l´hémisphère sud ils tournent dans le sens inverse des aiguilles d´une montre (comme le tourbillon dans la baignoire quand on la vide).

    Le scoop de la journée: je viens d´apprendre qu´il y a aussi des ions à Rio! Tout près de Copa Cabana!

    En tant que scientifique, mon sens du devoir me dicte de me rendre là-bas pour étudier tout ça de plus près.

    Quand je vous disais que la vie de chercheuse n´est pas facile tous les jours...

     

    Edit du 14/12/07: c'est quoi cette blague?


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique