• Entendu ce midi:

    "Par effet de réversibilité du temps, un électron qui part, c'est comme un proton qui arrive".

    Heureusement que mon collègue a dit ça en fin de repas, sinon je sens que ça m'aurait coupé l'appétit.


    2 commentaires
  • Le coté chouette dans notre sous-sol c'est que souvent des chercheurs extérieurs viennent nous rendre visite, peut-être parce qu'ils ont pitié de nous et qu'ils veulent qu'on se sente un peu moins seuls ou alors ils sont tout simplement curieux de voir notre élevage de moustiques dopés à l'amiante.

    Quoi qu'il en soit, aujourd'hui nous avons eu la visite de deux chercheurs allemands à l'air débonnaire et à l'accent rigolo. Ils nous ont parlé de ce qu'ils font dans leur super accélérateur d'ions où des particules exotiques avancent très, très vite, comment ils font des isotopes radioactifs, des faisceaux de centaines de millions d'électron-volts, et comment ils envoient le tout sur des cristaux, des  échantillons de toute sorte et des petites souris.

    Il n'y a pas à dire, les chercheurs savent s'amuser.


    6 commentaires
  • Nous, les chercheurs, on n'est  pas beaucoup payés mais qu'est-ce qu'on rigole.

    Tenez, moi, par exemple, rien que pour aller au travail, c'est l'aventure tous les jours. Déjà mon labo est situé au sous-sol d'une tour désaffectée. Pour y accéder il faut passer par une tour voisine et traverser un dédale de couloirs. Rien que l'ambiance, on a déjà l'impression d'être dans un film, qui pourrait s'appeler « New York  3058 » et qui se passerait dans le métro de la Big</personname /> Apple</personname /> avec des bandes de cyber-mutants de l'espace qui auraient tagués tous les murs, jeté leur canette de bière partout, uriné contre les portes et qui attendraient leur heure, tapis dans l'ombre. Mais dans nos couloirs, c'est mieux qu'au cinéma car en plus, on a l'odeur(D'ailleurs, récemment on a bien cru qu'un étudiant infortuné s'était égaré dans notre sous-sol et que son cadavre était en train de se décomposer dans un coin).

    Comme notre labo est au sous-sol, on ne voit jamais le jour. Quand on sort pour aller à la cantine, c'est marrant, on a les yeux qui pleurent parce que tout d'un coup, ça fait trop de lumière.

    Il n'y a pas longtemps, on était contents car tout d'un coup une canalisation s'est rompue et ça a fait une grande cascade. Le bruit de l'eau qui tombe, c'était chouette on avait un peu l'impression d'être à la campagne. Ca a fait une grosse flaque qui s'est étendue et quand la flaque a atteint le bureau de mon collègue et plus particulièrement la prise de son ordinateur, ça a fait de grandes gerbes lumineuses, très jolies. Tout de suite après, c'est devenu tout noir, mais alors, vraiment noir (normal y'a pas de fenêtres dans un sous-sol). On a du finalement se résoudre à sacrifier notre jolie cascade mais tout n'a pas été perdu car une grosse flaque est restée dans le couloir. Au début, on a bien demandé aux messieurs très sérieux en charge de l'hygiène et de la sécurité à la fac si ça ne posait pas de problème mais visiblement ils n'ont jamais trouvé le chemin jusqu'à notre labo. Alors on a gardé la flaque. Maintenant elle a été colonisée par des moustiques, ça ajoute au charme bucolique de notre sous-sol. Comme les insectes ne s'attaquent qu'à notre thésarde pour le moment, ça ne nous dérange pas trop. On se sent plus proche de la nature comme ça. Peut-être même que si on attend suffisamment longtemps on va pouvoir avoir un vrai écosystème avec des crapauds, de la vase et des roseaux ?

    Du coup, quand des étudiants viennent nous voir dans nos bureaux, on se dit que même si la physique c'est visiblement loupé pour eux, on a au moins une chance de susciter des vocations d'entomologistes.


    10 commentaires
  • je trouve dans la salle de manip  deux étudiants que nous avons eu la faiblesse de prendre en stage en train de découper un os d'un air sadique? Il paraitrait que c'est un os de boeuf retrouvé sur un site gallo-romain et qu'ils veulent l'analyser mais je suis sure que c'est une couverture et qu'en fait ils s'entrainent pour tous nous massacrer par surprise très bientôt.

    1 commentaire
  • La fac, ça pourrait être un paradis s'il n'y avait pas tous ces étudiants. Ceux qui trainent dans les bars autour de la fac ou ceux qui glandouillent sur la pelouse du campus, passe encore, mais le pire c'est l'étudiant qui va en cours. C'est pas faute d'avoir essayé de les chasser des amphis mais certains s'accrochent. Alors que tout serait beaucoup plus simple, s'ils se décidaient à sécher définitivement tous les cours et à nous laisser tranquiles. Ou alors il faudrait qu'ils deviennent tous beaucoup plus intelligents, motivés et attentifs. Ouais...Ou alors, il faudrait qu'ils soient tous vieux. Oui, c'est ça la solution: une fac avec seulement des vieux étudiants. J'ai un vieux (d'au moins 40 ans) parmi mes étudiants, il est parfait. Il est toujours bien mis, ponctuel, il se tient bien droit sur sa chaise, il comprend vite (oui, peut-être que nous les 30 ans et plus on a le nombre de neurones qui tombe en flêche mais on sait exploiter les capacités de ceux qui nous restent à 200%), il est rigoureux, attentif, ne papote jamais avec ses camarades, apprend bien son cours. Mais c'est surtout quand il sort de la salle en disant "au revoir madame" d'un air respectueux que je le préfère. Il est PAR-FAIT, je vous dis.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique